8

L’homme appuya sur le bouton de l’ascenseur.
La cabine se mit en branle, machinerie invocable.
Un, deux, trois étages. Pantin dont on laisse glisser les fils, l’ascenseur choit posément. Son passager futur rajuste son chapeau haut-de-forme. Il consulte sa montre. La lumière se fait, les portes s’ouvrent. Il entre.

Un, deux, trois étages. Marionnette qu’on remonte, l’ascenseur gravit nerveusement. Le passager présent, voire passé, rajuste sa cravate. Il consulte sa montre. Le huitième et dernier bouton est pressé. L’ascenseur prend de la vitesse. Un, deux, trois.
Au huitième étage, il ne s’arrêta pas.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour 8

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s